Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Erquy Plurien Environnement - EPE

Réponse de EPE au journal LaCroix

Réponse de EPE au journal LaCroix

Réponse de Erquy Plurien Environnement à un article du journal LaCroix qui prône plutôt  l'éolien en mer !

Monsieur  Guillaume Goubert

Rédacteur en Chef de La Croix

 

Cher monsieur,

Dans votre éditorial du mercredi 31 mars, vous suggérez , en ce qui concerne les énergies renouvelables , de répartir les risques et les inconvénients. Par exemple, installer des éoliennes en mer…

Vous vous situez par ce type de réflexion dans la droite ligne des pollueurs historiques ou actuels de la mer, pour qui c’était l’endroit évident pour rejeter nos déchets nucléaires  et qui pouvait encore servir de réceptacle à notre pollution plastique ou chimique pour quelques générations. Votre  journal La Croix ne manque pourtant pas de présenter l’immense dommage déjà causé aux océans dans des articles bien documentés sous des signatures très diverses.

Notre association  Erquy Plurien Environnement lutte depuis une dizaine d' années contre une telle hérésie en baie de Saint Brieuc où les premiers travaux d’atterrage des câbles ont commencé pour un « parc» éolien  industriel de 62 éoliennes de 215 mètres de hauteur à 16 kilomètres des Caps d'Erquy et de Fréhel, classés Grand Site de France.

Ce projet doit être installé au sein d'un des plus importants gisements de coquilles Saint Jacques, qui est également une zone de frayères et de migrations d'un grand nombre d'espèces marines. 

Les marins pêcheurs ne veulent pas de ce projet qui va ruiner leur activité, alors qu'ils s'évertuent à préserver la ressource halieutique depuis de nombreuses années. 

Les impacts sur la pêche, la qualité des eaux, la vie marine en général sont loin d’avoir été étudiés et évalués, faute de modèle connu,  et les décisions d'autoriser de tels projets ont souvent été prises par des municipalités manipulées.

 Et que dire du tourisme, vital pour cette baie, où des  milliers d’amoureux de la nature découvriront bientôt des paysages défigurés à l'image de ceux des Hauts de France ou de la Beauce.

D'autre part, chaque éolienne contient environ 600 kg de terres rares, essentiellement du néodyme. L'exploitation et le raffinage de ce métal se fait principalement en Chine et en Amérique Latine où les rejets chimiques de cette industrie extrêmement polluante ont des conséquences dramatiques sur la santé des populations. 

Pour "l'écologie "des pays du nord ,on pollue les pays du sud!

De plus , en mer, des anodes anti corrosion dites " sacrificielles" en aluminium sont destinées à se dissoudre dans l'eau à la place de l'acier des fondations. Ce sont 64 tonnes par an de ces particules d'aluminium qui seront rejetées par ce parc éolien et pollueront les écosystèmes marins,  en plus du bruit généré par les turbines. 

Un tel enjeu économique, environnemental et politique est bien mis en lumière dans les articles titrés " Les énergies vertes sous le feu de la critique" de ce même numéro de La Croix.

L'éolien en mer n'est pas une alternative plus acceptable ou moins impactante que l'éolien terrestre. 

Ces sujets  mériteraient un dossier plus fouillé  car il y a, comme vous le dites, -des marges de progression- qui n’attendent que leur mise en place dans une réflexion sur notre monde d’après la pandémie.

Veuillez agréer, cher monsieur, l’expression de notre considération.

 

Beatrice Prandi.  Florence Conan Co Présidentes de EPE

Patrick Scholtz Administrateur

 

Article de presse :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article