Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EPE - Erquy Plurien Environnement

Réactions suite à l'incident de samedi matin

Réactions suite à l'incident de samedi matin
Réactions suite à l'incident de samedi matin
Réactions suite à l'incident de samedi matin

Erquy : le chantier d’atterrage a repris normalement ce lundi matin à Caroual

Ouest France - Publié le 26 avril 2021 à 19h13

48 heures après le jet d’un engin incendiaire sur la base vie du chantier d’atterrage des éoliennes, à Erquy, Caroual a retrouvé son calme. L’enquête, elle, se poursuit.

 

Ce samedi matin, vers 4 h 30, la base vie du chantier de RTE à Caroual (Erquy) a été la cible d’un engin artisanal incendiaire. Ce lundi matin, seules quelques traces noircissaient encore la façade du bâtiment préfabriqué de trois niveaux. Sur le chantier, le travail semblait avoir repris de façon normale, tant sur l’esplanade qu’au niveau de la plage, où un engin de forage d’une quinzaine de mètres de haut était à l’œuvre.
 

Pierre, 68 ans, « à la retraite de la marine de commerce » observe le chantier. « Ça n’a aucun sens, ce qui s’est passé ce week-end. Ces éoliennes, je ne suis ni pour, ni contre. Mais ça fait dix ans que le chantier est annoncé. On a eu amplement le temps de discuter. Et cette violence, ça rime à quoi ? Comme si ça allait changer quoique ce soit… »

 « Les gens d’ici ne font pas ça ! »

Un discours partagé par les quelques curieux qui tournent autour du site, ce lundi matin. Pas ou peu de riverains. « La plupart des maisons sont fermées. Il y en a eu quelques-unes d’ouvertes pendant les vacances. Mais ici, avant le mois de mai, c’est très, très calme », expliquer Marie-France. Qui, elle non plus « ne comprend pas ».

La plupart des résidences sont fermées, à cette période de l’année. (Le Télégramme/Nicolas Salles)

Et qui « espère que ça ne se reproduira pas. C’est une publicité déplorable. Les gens d’ici ne font pas ça ! On peut être en colère, soit. Mais de là à mettre des vies en danger… ». Un point que relevait aussi Henri Labbé, le maire de la commune, évoquant samedi un « climat délétère et anxiogène (qui) pourrait dissuader les vacanciers de venir séjourner à Erquy cet été et anéantir une saison touristique déjà grandement mise à mal ».

« C’est une publicité déplorable. Les gens d’ici ne font pas ça ! On peut être en colère, soit. Mais de là à mettre des vies en danger… »

Une anxiété que nous n’avons pas été en mesure de confirmer localement. Pour Philippe Lecan, restaurateur et installé à une trentaine de mètres, aucun changement apparent, si ce n’est des passages un peu plus fréquents de la gendarmerie. « Ça tourne un peu plus… » Pas de policiers municipaux, en revanche. « C’est compliqué, nous n’en avons que deux et sur les horaires de jour, explique Henri Labbé. Nous ne sommes pas préparés à ce genre de choses. Ce n’est pas dans les missions et ils ne sont absolument pas formés pour ça ». Un maire qui déplore par ailleurs le manque de soutien, « depuis le début, de la communauté d’agglo, du Département et de la Région ».

Les associations au créneau

Quelques réactions avaient pourtant émaillé le week-end. Cantonnées aux réseaux sociaux. Erquy Plurien Environnement annonçait, dès samedi soir que l’association « bien qu’opposée au projet (d’éoliennes, NDLR) ne saurait cautionner ce genre d’acte irréfléchi, anonyme et contre-productif, qui ne peut que nuire et décrédibiliser l’action coordonnée des associations et acteurs divers concernés ». EPE n’excluant pas « l’hypothèse d’une provocation ayant pour objectif de saboter les actions légitimes des opposants au projet ». Des mots guère éloignés de ceux du Nouvel Essor. L’association réginéenne « condamnant l’acte de sabotage commis (…) dans la nuit du 23 au 24 avril. Seule l’action collective des habitants du Penthièvre et des professionnels de la pêche peut concourir à sauvegarder les activités marines en baie de Saint-Brieuc et la biodiversité exceptionnelle de celle-ci face à un projet dont les effets nocifs pour son développement économique et social et sa biodiversité ne sont plus à démontrer ». L’enquête, elle, confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie, se poursuit.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Albert Einstein disait il y a deux choses qui sont infinies : l'Univers et la bêtise, quoique pour l'Univers j'hésite!
Comprenne qui pourra .
Répondre